Photo prise par Jessica Tewfik. Représentation de l'ADN par Alexandra Rodousakis

 

Le CRISPR-CAS9: qu'est ce que c'est?

C'est une révolution technologique qui permet la manipulation génétique, comme l'a dit la revue Science, à la fin de l'année 2015, «découverte de l'année». Cependant, le CRISPR pose des questions éthiques en ce qui concerne la manipulation du génome de l'espèce humaine.

 

Le Cas9 est une protéine-enzyme qui permet de couper la double hélice de l'ADN en deux grâce à ses lames. C'est un endonucléase. Endo=à l'intérieur de la cellule et nucléase=acide nucléique.  

 

 

Tout a commencé quand...

 

L'histoire du CRISPR-Cas9 commença vers les années 1987, au Japon, avec la découverte de séquences répétées de gènes, dans l'ADN de la bactérie Escherichia coli , ou E-coli. Cette séquence sera nommée «Clustered Regularly Interspersed Short Palindromic Repeats» d'où vient le nom «CRIPSR» ou «Courtes répétitions palindromiques groupées et régulièrement espacées». Une séquence palindromique est une séquence courte d'acide nucléique d'ADN et palindrome signifie symétrie (comme le nom Hannah que nous pouvons lire dans les deux sens.) Les chercheurs, curieux de retrouver des séquences répétées dans l'ADN des bactéries se demandèrent à quoi cela pouvait servir. Bref, on trouvera que c'est une «séquence d’ADN de virus que les bactéries ont intégrée à leur propre génome.» En 2007, des chercheurs remarquèrent que les bactéries qu'on utilise pour la production du yogourt sont protégées contre les bactériophages, un type de virus particulier qui s'attaque aux bactéries. Suite à des recherches, les scientifiques remarquent que ce sont les séquences CRISPR qui participent à la protection de ces bactéries. C'est une sorte de système immunitaire chez les bactéries. Ces séquences restent en mémoire dans le génome de la bactérie. 

 

 

La première expérience

 

En 2014, dans un laboratoire de l'Université de Nanjing en Chine, des scientifiques clonèrent une brebis Dolly, Ningning et Mingming. Ce sont les premiers mammifères à être génétiquement modifiés grâce au système CRISPR, ce qui donne de l'espoir aux futurs utilisations du CRISPR sur l'humain. 

 

 

Un grand débat

 

Premièrement, le CRISPR-Cas9 permet la création de plantes résistantes aux champignons, la guérison de maladies génétiques du foie chez la souris, etc. Les médecins d'aujourd'hui espèrent pouvoir profiter de cette nouvelle découverte afin de pouvoir guérir des maladies comme le cancer, le diabète, ainsi que d'autres maladies génétiques. Cependant, malgré l'importante utilité des appliquations du CRISPR, elle peut devenir très dangereuse puisqu'elle augmente les possibilités de grandes modifications des gènes chez l'humain. Par exemple, des scientifiques pourraient avoir la possibilité de choisir les gènes d'un enfant lors de sa création, dans un laboratoire, selon les préférences des parents. Nous faisons face à une question d'équilibre, puisque c'est une question éthique faisant référence à l'eugénisme. C'est une théorie visant à faire tendre l'évolution de l’espèce humaine vers un idéal déterminé, par l'entremise de modifications du patrimoine génétique*

 

Deux femmes, peut-être des futures gagnantes du prix Nobel

 

En 2012, Emmanuelle Charpentier, française et travaillant à l'Université d’Umeå en Suède et Jennifer Doudna, américaine et chercheuse à l'Université de Californie à Berkeley, montrent le fonctionnement et les applications du système CRISPR pour l'édition génétique. Elles voient dans ce système de défense un outil qui permettra de manipuler l'information génétique. Leur but est de détourner le système CRISPR afin qu'il s'attaque non seulement à un virus, mais aussi à une cellule hôte, pour modifier le génome. Il s'agit tout simplement de créer une sonde d'ARN, une molécule messagère transmettant l'information génétique de l'ADN des gènes. Cette sonde pourrait reconnaître les gènes d’intérêt et avec Cas9 l'introduire dans la cellule. Cas9 coupera donc le gène ciblé.

 

 En juin 2015, Jennifer Doudna a présenté devant le Sénat des États-Unis les conclusions d'une rencontre qu'elle a co-organisé avec des experts dans le domaine de cette découverte. Dans cette rencontre, certaines de ses conclusions étaient de continuer les recherches pour mieux comprendre les risques et les bénéfices. Elle a aussi parler de l'importance d'éduquer la population sur les avantages et inconvénients de cette nouvelle technologie. 

        Emmanuelle Charpentier                                                           Jennifer Doudna

 

*Définition selon le site: https://www.ficsum.com/dire-archives/ete-2016/biologie-crispr-revolution-genetique-a-portee-de-main/ 

Jessica Tewfik

Étudiante au Collège Sainte-Marcelline

Dernière modification 1 mars 2018 

CRISPR-CAS9: une découverte révolutionnaire 

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now